Mardi 21 novembre 2017

Thèmes: transports, démocratie, Eurozone, environnement, climat, Afrique, co-développement, égalité femmes-hommes

Informations pratiques: L’ensemble des plateaux radios, rencontres débats, ateliers sont en accès libre, sur inscription, dans la limite des places disponibles Coffee Break entre 10h30 et 11h00 et entre 15h30 et 16h / 12h30-14h30: Déjeuner Libre – Food Truck / Animation Vladimir Spoutnik


07h30 – 08h45: Radio RVES (FR)


Chaque jour, de 7h30 à 8h45, speakers, journalistes, chroniqueurs poursuivent le débat sur les ondes de Radio en Construction, partenaire des 12RVES. Diffusée en direct sur Internet, l’émission est rediffusée en soirée sur la bande FM (90.7).

Lieu: ERAGE


09h00-09h30
Ouverture solennelle


Pourquoi l’Heure des choix? Quels défis? Quelle marge de manoeuvre sur le plan citoyen et politique? Quel(s) objectifs poursuivis par les Rendez-vous européens de Strasbourg? Quelles suites à donner aux propositions qui émergeront tout au long de cette semaine?

Lieu: Hôtel de Ville


09h30-10h30
Conférence introductive


Type: Conférence

Intervenants : Yann Moulier-Boutang (essayiste et économiste) & François Garçon (Docteur en histoire, co-lauréat du Prix d’Histoire Gustave Ador).

«La société collaborative et numérique nous entraîne dans une mutation économique et culturelle aussi puissante que celle de la révolution industrielle. Alors qu’une classe ‘nomade créative’ rassemble innovation, mobilité et liberté individuelle au cœur des métropoles productrices de richesses, les classes hier ‘dominantes’ – les ‘néo-sédentaires’ – se retrouvent exclues, perdues, publiait récemment le sociologue Jean-Viard, dans son ouvrage Il est enfin temps de penser l’avenir. Si on élargit le point de vue à ce que Jeremy Rifkin appelle la troisième révolution industrielle, elle accélère les mutations de notre monde. Mais elle est un très grand créateur d’angoisse, car sa capacité à transformer le processus de production, en particulier par la robotique, paraît sans limites. Combien y aura-t-il demain d’emplois productifs ? Comment seront réparties les richesses ? Saurons-nous inventer dans de nouveaux secteurs les emplois que nous perdons dans les anciens ? Comment financer alors notre protection sociale ? Ces questions essentielles n’étant pas débattues, il est logique que les milieux populaires soient inquiets. Et il est préoccupant que nous ne nous préparions pas à ces bouleversements». L’enjeu premier de cette 12ème édition des Rendez-vous européens de Strasbourg.

Lieu: Hôtel de Ville

 Inscriptions ici.


11h00-12h30
Nouveaux corridors transeuropéens et projet Obor:
clé de voûte des échanges commerciaux de demain ?


Type : Rencontre débat

Intervenants : Catherine Trautmann (coordinatrice du corridor mer du Nord – mer Baltique), Jiang Feng (Ministre Conseiller en charge des questions économiques à l’Ambassade de Chine en France), Emmanuel Dupuy (Président de l’Institut de Prospective et de Sécurité en Europe)

«La reprise reste inégalement répartie dans la société et entre les régions. S’attaquer aux conséquences de la crise, que ce soit le chômage de longue durée ou les niveaux élevés d’endettement public et privé dont souffrent un grand nombre de parties de l’Europe, reste une priorité urgente ». Plusieurs initiatives de la Commission ont vu le jour ces dernières années, parmi lesquelles le projet de mise en œuvre d’un réseau central transeuropéen de transport multimodal à l’horizon 2030, visant à mettre en place les infrastructures et les interconnexions nécessaires afin d’assurer la libre circulation des personnes et des marchandises et de soutenir la croissance, l’emploi et la compétitivité dans l’UE. Pour la Commission, l’objectif est de « garantir que progressivement, d’ici à 2050, la grande majorité des entreprises et des citoyens européens ne soient pas à plus de 30 minutes de temps de trajet de ce vaste réseau» de neuf corridors.

Parallèlement à ce projet d’envergure, plus à l’est, la Chine a initié, par une déclaration commune signée le 15 mai 2017 par 30 Etats (dont la Russie et la Turquie), le projet «One Belt, One Road» (projet Obor), «Une ceinture (terrestre), une route (maritime)», consistant à relier par de nouvelles infrastructures l’Asie, l’Europe et l’Afrique. A l’issue de ce sommet, la Chine a annoncé que 68 pays étaient désormais officiellement associés au projet, et que 270 accords de coopération avaient été signés. D’un coût titanesque – 1.000 milliards de dollars d’investissements déjà promis dans des projets autoroutiers, énergétiques, ferroviaires et portuaires, selon les médias d’Etat chinois, et plusieurs trillions encore à investir– ce projet pourrait permettre à la Chine de tisser des relations privilégiées avec l’Eurasie comme avec l’Afrique et d’y englober 68 pays représentant 4,4 milliards d’habitants et 40 % du PIB mondial. Pour l’heure peu encline à s’associer à ce projet, l’Union européenne n’aurait-elle néanmoins pas, à moyen terme, un intérêt économique et géostratégique marqué à s’associer à un tel projet en réussissant à interconnecter ses 9 corridors en projet au projet Obor, permettant ainsi de relier deux des plus grands marchés mondiaux entre eux et d’y favoriser la circulation de biens, de services et des personnes? Danger économique, utopie commerciale ou stratégie d’avenir, les Européens ne pourront longtemps évincer la question.

Lieu : Hôtel de Ville

Inscriptions ici.


14h00-15h30
Un gouvernement économique pour la zone euro:
un enjeu démocratique


Type : Rencontre débat

Intervenants : Francesco Martucci (professeur de droit, Pantéhon Assas), Moïse Sidiropoulos (co-lauréat du Prix Nobel de la Paix 2012, Professeur de macroéconomie), Diane Fromage (Coordinatrice du Centre Pour la Recherche Européenne)

Un ministre de la zone euro, un budget de la zone euro, et donc un parlement de la zone euro… Les propositions fusent. L’heure serait-elle venue d’un gouvernement économique de la zone euro ? Le miracle de l’intégration européenne serait en voie d’être accompli : la monnaie fera bientôt le roi. Le Brexit n’aura donc pas eu raison de la construction européenne ; au contraire, celle-ci peut être relancée à condition de faire un choix fondamental, celui de la différenciation, en recommençant par la zone euro. Telle est la gageure à relever lorsqu’il est question d’instituer un « gouvernement économique de la zone », expression par laquelle on synthétise la palette de propositions visant à constitutionnaliser la zone euro en créant un Trésor, un Ministre des finances, un budget de la zone euro.

Lieu : Hôtel de Ville

Inscriptions ici.


16h00-17h30

Défi climatique : Une chance pour l’Europe
de reprendre un leadership économique ?


Type : Rencontre débat

Intervenants : Loïc Blaise (Explorateur, responsable de la mission Polar Kid) et Hugo Metz (réalisateur de documentaires)

Les effets du dérèglement climatique auront non seulement des impacts environnementaux mais également sociaux, économiques, migratoires, géopolitiques. Quels sont-ils ? A quels défis l’Europe doit-elle se préparer dans les prochaines années ? L’Accord de Paris, qui plus est sans le soutien de Washington, peut-il suffire à pallier les difficultés à venir ? Et en quoi celui-ci peut être moteur d’un changement positif porté par les européens ?

Lieu : Hôtel de Ville

Inscriptions ici.


18h30 – 19h30
L’aide au développement face à la dimension sécuritaire?


Type : Rencontre débat

Intervenants : Jari Vilen (représentant du Service Européen d’Action Extérieur auprès du Conseil de l’Europe), le Général de division Hautecloque-Raysz, (commandant en second des Forces terrestres et ancien commandant de la mission européenne EUTM en République centrafricaine), Alexis Vahlas, (directeur du Master Sécurité Extérieure et Intérieure de l’IEP), le Général Gérard (commandant en second de l’Eurocorps).

Premier bailleur international de l’aide au développement, l’Union peine toutefois à en faire un levier de stabilisation géopolitique. De la Centrafrique au Mali, quelles réalités sur le terrain ? Au-delà du simple monitoring civil l’Union ne doit-elle pas également penser son action en définissant, avec les Etats concernés, la mise en place de plans de stabilisation/sécurisation de l’Etat de droit sous peine de voir les gouvernements et populations aidés régulièrement retomber dans une instabilité politique et sécuritaire interdisant tout développement sur le long terme.

Lieu : Librairie Kléber
Accès : Libre, dans la limite des places disponibles


20h00-23h00
Soirée Egalité Femmes-Hommes


Type : Ciné-Débat

Intervenants : Alessia Sonaglioni (Présidente de EWA), Isabelle Kraus (Vice Présidente Egalités et Diversités, Université de Strasbourg).

Avant-Première du film Battle of the Sexes de Jonathan Dayton et Valerie Faris, avec Emma Stone, Steve Carell et Andrea Riseborough, précédé d’une discussion. En partenariat avec EWA (European Women Audiovisual’s Network).

1972. La championne de tennis Billie Jean King remporte trois titres du Grand Chelem. Mais loin de se satisfaire de son palmarès, elle s’engage dans un combat pour que les femmes soient aussi respectées que les hommes sur les courts de tennis. C’est alors que l’ancien numéro un mondial Bobby Riggs, profondément misogyne et provocateur, met Billie Jean au défi de l’affronter en match simple…

Lieu: Cinéma Star Saint Exupéry – Salle 1

60 places gratuites pour les premiers inscrits.

Tarif réduit à 6,90€ – Billets à récupérer sur place

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s